Quels critères pour bien acheter sa première voiture de collection ?

Classic Auto Invest Vérifiée par Bakelit
Quels critères pour bien acheter sa première voiture de collection ?

Quelques conseils issus du retour d’expérience de ceux qui ont déjà franchi le pas et de notre expérience quotidienne de consultant automobile.

Budget d’acquisition : le seul paramètre certain.

Une fois l’envie d’un modèle bien ancrée et le ratissage des annonces commencé, il faut éviter de tomber dans le piège de l’achat « trop juste ». Pour un premier achat, l’enthousiasme conduit souvent à surestimer la qualité de l’auto tout en sous-évaluant son prix de revient réel. Qu’entendons-nous par-là ?

Les paramètres le plus souvent regardés vont être la cote et le prix des annonces, le prix de l’assurance, la consommation, le prix de la location d’un box etc. Ce sont finalement les paramètres sur lesquels vous ferez le moins d’erreur car ils ont un caractère plutôt certain.

Pour un achat avisé, gardez sous le pied de quoi assurer la suite ! Mieux vaut viser 30% en dessous de votre solvabilité réelle quant au prix d’achat après négociation, pour acquérir un produit plutôt 30% au-dessus de la moyenne. Cela évitera bien des écueils, et vous permettra par la suite d’assumer plus sereinement les coûts d’utilisation, notamment la remise à niveau et l’entretien.

Enfin si le modèle convoité n’entre définitivement pas dans vos critères financiers, pourquoi ne pas considérer des alternatives qui pourraient s’avérer tout aussi passionnantes à utiliser ? Bien souvent le nouvel acquéreur est obnubilé par le modèle de ses rêves et ne l’a même pas essayé. Faites un essai pour valider vos convictions, et pourquoi pas aller aussi essayer d’autres autos plus abordables et peut-être tout aussi attractives pour qui les connait ?

Frais d’entretien et de remise à niveau : attention faux-amis !

Pour celui qui envisage l’achat d’une auto plaisir, qu’il s’agisse d’un modèle de collection, d’un youngtimer ou d’une sportive d’occasion semi-récente, les questions restent les mêmes : combien va-t-elle me coûter au quotidien ?

Il convient de séparer clairement les coûts liés à l’entretien courant de ceux liés à la remise à niveau des composants suspects. Et à ce chapitre, toutes les autos ne sont pas logées à la même enseigne.

L’entretien courant est assez facile à estimer en se documentant. Les magazines spécialisés vous indiqueront assez bien le coût des consommables et fluides, et l’intervalle d’entretien. Mais oubliez les notions de kilomètres car sauf exception vous ferez rarement plus de 5000 km/an. Comptez plutôt une révision tous les deux ans, afin de renouveler au moins huile et liquide de freins qui n’apprécient pas l’immobilité et les démarrages petites distances. Pour une auto issue de la grande série, quelle soit des années 60,70,80 ou 90, ces postes de dépenses sont globalement proches quand on raisonne par catégorie de véhicule. L’entretien d’un modèle 4 cylindres à carbus se fera sur une fourchette de 350 à 500 €, celui d’un 6 cylindres ou d’un V8 demandera proportionnellement plus (plus d’huile, plus de bougies, plus de refroidissement etc..). Quand vous atteignez les 1200-1500 € vous êtes déjà sur des autos à mécanique très pointues (ou alors vous payez trop cher !). Attention aussi aux moteurs à distribution par courroie souple dont le changement demande en général pour être bien fait d’associer galets tendeurs et pompe à eau (on pense aux V6, V8, V12 italiens…) et qui doublent le prix de la révision, certes tous les 2 à 4 ans selon votre degré de confiance et votre intensité d’utilisation.

La vraie dimension inconnue réside plutôt dans la remise à niveau et le remplacement des pièces d’usure. Qu’entend-on par-là ?