Fan de... Twingo 1 !

Vérifiée par Bakelit
Fan de... Twingo 1 !

La Renault Twingo fut la première de sa catégorie. Pas de concurrence alors pour cette citadine d’un nouveau genre, mais pas facile non plus pour Renault de prévoir le succès de sa nouvelle-née en 1993.

C’est donc un pari audacieux que le lancement de la Twingo. Le projet date même de 1986 mais avait été remisé car les études de marché donnaient peu d’espoir de succès à celle qui devait remplacer la 4L dans l’esprit des français.

Finalement, après le succès des R19, R21, R25 et Espace, mais aussi des recapitalisations de Volvo et de l'Etat, et des fonds versés par Chrysler suite aux échanges autour de Jeep et AMC, les finances de la marque se portent mieux et le pari de la Twingo est pris. Sans trop d’assurance pour autant… La carrosserie et la caisse sont nouvelles, mais le moteur et la boîte de vitesses sont repris des autres modèles Renault vieillissants. Derrière l’allure étonnante de la voiture sont en fait dissimulés le bloc C, le moteur Sierra, le Cléon-Fonte, éprouvé depuis 1962 au point d’avoir plusieurs noms à lui tout seul, et la boîte JB apparue sur les R9 et R11.

Malgré une mécanique assez peu novatrice, la Twingo a déjà tous les éléments qui feront son succès : une apparence disruptive, un format plus que contenu, des couleurs vives qui attirent la sympathie, un habitacle agréable et pratique, et un prix attractif !

En attendant la réaction du public, toujours incertaine, la Twingo est lancée dans une seule version : moteur Cléon 1.2 55cv, donc, boîte manuelle à 5 vitesses, une planche de bord sobre avec des incrustations de couleur vert pastel sur les boutons de commande, un seul volant sans airbag, un précâblage autoradio, et en série la banquette arrière coulissante qui contribuera à la renommée de la voiture. Le prix de lancement est de 54.000 francs. Pas exceptionnellement bas mais assez bien placé par rapport à la Peugeot 106 sortie la même année avec un tarif de 10.000 francs plus élevé environ. Mais encore une fois, la Twingo est seule dans sa catégorie, alors difficile de lui trouver des points de comparaison.

La Twingo est pratique, nous le disions plus haut. Le point fort de son habitabilité est sa banquette arrière, rabattable certes, mais aussi coulissante et basculable contre les sièges avant pour laisser place à un immense coffre plat. Les dossiers arrière sont indépendants, permettant un réglage adapté à chaque occupant, et les sièges avant basculent entièrement, y compris l’assise, pour faciliter l’accès aux places arrière par les portes avant pourtant assez grandes. Les quatre dossiers se couchent, et la voiture devient alors (presque) un lit deux places.

Si, selon la présentation de lancement, la Twingo est « La voiture complète qui se conjugue au singulier », quelques éléments de personnalisation sont proposés. Il existe en 1993 quatre couleurs au catalogue : jaune indien, rouge corail, bleu outremer et vert coriandre, très rapidement suivi de deux couleurs métallisées. Quelques options sont possibles, comme l’autoradio, la climatisation et le toit ouvrant, mais aussi des accessoires (trousse de tableau de bord car la boîte à gants n’avait initialement pas de porte, cache-bagages additionnel pour compléter la plage arrière lorsque la banquette est avancée, bac de rangement sous le siège passager, et… sac à dos pour dossier de siège avant !).

Le succès ne se fait pas attendre, les 100.000 exemplaires sont atteints dès novembre 1993, après un lancement en avril 1993. Rassurée, Renault commence dès l’année modèle 1994 à apporter des améliorations majeures à la Twingo. Apparaissent alors de nouvelles couleurs de meilleure qualité (les anciennes s’abimaient très vite et ternissaient l’image de la marque), puis rapidement un nouveau moteur : le bloc D (D7F d’abord de 60cv), des nouvelles séries puis des séries limitées, de nombreuses options, … Jusqu’à dépasser les 2,6 millions d’exemplaires !

Il arrive assez souvent de retrouver les paris automobiles risqués parmi les voitures les moins vendues de leur époque, mais avec ce mini monospace dans lequel personne ne savait s’il fallait croire, adouci par toutes les courbes, les couleurs chatoyantes et une habitabilité hors pair, Renault a frappé un grand coup. Nul doute que la Twingo sera bientôt considérée comme l’une des voitures françaises les plus mémorables et sera, un jour, prisée des collectionneurs. Sa reconnaissance monte déjà parmi les Youngtimers.

« Twingo, à vous d’inventer la vie qui va avec ! »