ces inventeurs oubliés aux origines de l'automobile

Ces inventeurs oubliés aux origines de l'automobile
Si Citroën vient d’atteindre ses 100 ans d’existence cette année, c’est tout un symbole historique de l’industrie française et du développement de l’automobile mondiale qui s’émeut. Et pourtant, on ne retiendra peut-être pas les noms de ses inventeurs qui ont déposé de nombreux brevets pour améliorer, perfectionner la puissance et la résistance des moteurs de l’époque. La France a été un pilier dans le domaine de l’innovation à l’aube du XXe siècle. Etienne Lenoir, par exemple, fait breveter, en 1860, le premier moteur à combustion du gaz par l’électrique, qui seront à l’origine des moteurs à explosion par allumage électrique, puis, 1876, il brevète ce que nous connaissons encore aujourd’hui, les bougies d’allumage. Alphonse Eugène Beau : Ingénieur et inventeur, il invente et explique tout le potentiel des moteurs à 4 temps dans un mémoire de 50 pages. C’est en 1884, grâce Delamare-Deboutteville, qu’apparait la première voiture équipée de ce moteur. Georges Messier Invente en 1925 les suspensions oléopneumatiques, qui seront utilisées puis améliorer par l’ingénieur de Citroën Paul Magès afin de donner naissance à la suspension hydropneumatique. Cette dernière sera équipée sur de nombreux véhicules de la marque française, comme la traction 15-6H, la DS, la SM, la BX, la Xantia etc. jusque dans les années 2010 avant de s’éteindre avec la dernière génération de C5. A partir de 1891, Panhard et Levassor deviennent les premiers vendeurs d’automobile à pétrole, tandis que dans le même temps, les véhicules à vapeur cessent peu à peu d’être vendus. A l’image de Peugeot qui stoppe même sa production dans ce domaine pour se réserver exclusivement au moteur à pétrole. Tous ces ingénieurs sont français et ont posé de nombreuses bases dans le domaine de l’automobile. Certaines sont encore d’actualité malgré l’évolution technologique. Alors il est important de se souvenir de ces noms, parfois oubliés, qui ont permis d’installer la notoriété française et européenne dans l’une des industries les plus importantes au monde.