La carte grise collection, bonne ou mauvaise idée ?

Vérifiée par Bakelit
La carte grise collection, bonne ou mauvaise idée ?

Dans les années 1960, la carte grise collection est née pour permettre aux véhicules anciens de continuer à rouler alors que leur carte grise d'origine pouvait avoir été détruite ou perdue, ou alors pour l'importation. Mais cette carte grise de substitution était accompagnée de restrictions de circulation. Jusqu'en 2009, les propriétaires de ces véhicules devaient déclarer à leur préfecture leurs déplacements en dehors de leur département et les départements limitrophes ! Il y avait de quoi dissuader les automobilistes tentés...
Mais par la suite, la carte grise collection a perdu en contraintes pour gagner en avantages. Finies les restrictions de circulation liées au certificat d'immatriculation ! Et même, depuis l'introduction des vignettes Crit'air et des ZCR (zones de circulation restreinte), la carte grise collection procure des avantages !
La circulation n'est interdite aux véhicules concernés qu'en période de pic de pollution, leur permettant donc de traverser Paris même les jours de semaine et en journée, contrairement à toutes les voitures équivalentes mais qui ont un certificat d'immatriculation normal.
Cet argument est probablement devenu le premier moteur de demandes de CG collection, notamment à Paris et dans les grandes villes. Les statistiques fournies par la FFVE (Fédération Française des Véhicules d'Epoque) affichent une corrélation entre l'introduction des ZCR et le passage en CG collection :

___

Ce n'est pas le seul avantage des cartes grises collection. Une fois le véhicule déclaré comme « collection », il y a beaucoup moins de risque de le voir partir à la casse en cas d'accident : l'expertise ne se fonde pas uniquement sur la valeur du véhicule et des travaux à effectuer, mais aussi sur sa rareté et son intérêt historique. La validation de fin des travaux est aussi sévère que sur une voiture « normale ».
Un autre argument majeur en faveur du passage à la CG collection est le contrôle technique. Tous les véhicules d'après 1960 y sont soumis, avec des points de contrôle adaptés à leur date de construction. Pour les véhicules d'après 1960 et qui sont titulaires d'une carte grise collection, le contrôle technique ne se passe que tous les 5 ans. Il est en tout point identique à celui auquel serait soumis le même modèle avec une carte grise normale, mais la récurrence plus faible représente un réel avantage aux yeux des propriétaires, notamment au regard d'une moyenne de kilomètres annuels parcourus d'environ 1000 km et d'un soin tout particulier de ces voitures. Il est également possible avec une carte grise collection d'afficher l'immatriculation dans son format d'origine, souvent en plaques noires et caractères blancs.
En revanche, lors du passage en CG collection, le véhicule perd son statut de « véhicule d'usage » pour devenir un objet patrimonial. C'est dans cette nuance que résident les inconvénients de cette carte grise... Le véhicule sera alors consacré à « un usage particulièrement restreint », et l'acheteur ne pourra plus avoir recours aux « vices cachés », considérant que la fiabilité attendue ne peut être comparée ni à un véhicule récent ni à un véhicule classique lors de sa sortie d'usine. En plus, la plus-value sur l'achat et la vente d'un tel véhicule est taxée au même titre que pour n'importe quel objet patrimonial comme une œuvre d'art par exemple.
Reste un point crucial : l'éligibilité. Le véhicule doit dans tous les cas être âgé d'au moins 30 ans, le modèle doit ne plus être produit, et le dossier doit être approuvé par la FFVE. Pour que le dossier soit approuvé, il faut qu'il soit présenté pour un véhicule dans sa configuration d'origine.

Avant de se lancer dans une (parfois longue) procédure de demande de carte grise collection, il faut s'assurer que le projet est cohérent.


Les avantages sont alléchants :
• circuler plus librement qu'avec un véhicule d'occasion plus ancien que 2010,
• un contrôle technique moins fréquent voire supprimé,
• un accès à des formules d'assurance qui évitent la casse.
Mais...
• l'usage doit être très restreint,
• gare à la revente trop fréquente pour les taxes !